Catégorie

Nouvelles Hebdomadaires

1 Carburant
Écrans métalliques pour radiateurs
2 Radiateurs
Installation d'un poêle de sauna avec vos propres mains. Règles de base et erreurs pour les débutants
3 Les chaudières
Instructions pour la mousse isolante dans la chambre
4 Les chaudières
Calcul du système de chauffage d'une maison privée
Principal / Carburant

La température de combustion du bois de chauffage: informations complètes sur l'allumage approprié


De nombreuses maisons privées sont équipées d'un poêle. Mais il ne suffit pas d'y mettre du bois de chauffage et d'attendre un transfert de chaleur maximal. Pour chauffer correctement votre maison, vous devez disposer d'informations complètes sur la température de combustion du bois, ainsi que sur le matériau qui sera utilisé.

Propriétés thermiques du bois

L'efficacité dépend de la conductivité thermique du matériau. Tout propriétaire d'une maison privée avec un poêle en pierre connaît cette nuance. La qualité de la combustion dépend également d'un autre indicateur - la température de combustion. En augmentant les degrés, vous pouvez chauffer l'eau plus rapidement dans les tuyaux ou les murs de briques, protégeant ainsi votre maison du froid mordant.

Si vous placez un peuplier dans la chambre de combustion, vous pourrez observer une flamme très intense, mais sa température ne dépassera pas 500 degrés, ce qui ne sert pas à chauffer la pièce. Il est préférable d'utiliser de la cendre, du hêtre et du charme. Ils sont activement brûlés, mais émettent en même temps une température de 1000 degrés. Cette figure est idéale pour chauffer des espaces.

Critères de choix du type de bois en fonction de la destination

Lors du choix du matériel nécessaire, vous devez connaître quelques nuances. Par exemple, si vous utilisez du frêne ou du hêtre, vous pouvez augmenter la température à des niveaux élevés, mais si vous les utilisez pour un bain ou une cuisinière, cela coûte très cher et n'est pas rentable - le bois brûle rapidement. Pour cette raison, les gens ont commencé à utiliser un autre bois - bouleau. La combustion du bois de bouleau s'accompagne de l'obtention de 800 degrés.

Aussi souvent utilisé chêne et mélèze. La température pendant la combustion varie de 840 à 900 degrés. Lorsqu'il est nécessaire de faire un feu ouvert, un feu, d'allumer des bûches au gril de votre chalet d'été ou sur un terrain privé, il est conseillé d'utiliser du pin. Il est également souvent utilisé pour chauffer une maison en la plaçant dans un four. La température de combustion du matériau est d'environ 610 à 630 degrés. Mais pour cette raison, vous devrez utiliser environ la moitié plus de bois que le bouleau ou le chêne.

Caractéristiques de la race conifère:

  1. La température de combustion est basse.
  2. Lorsque placé dans un feu, une grande quantité de suie et de fumée se forme.

La fumée et la suie apparaissent à cause de la grande quantité de goudron contenu dans le bois. Il se dépose sur les murs de la cheminée et doit donc être nettoyé périodiquement après utilisation. Par conséquent, les conifères ne sont pas si populaires pour le tir - le processus de nettoyage est très laborieux. Ce matériau n'est utilisé qu'en dernier recours, s'il n'y a pas d'autre option.

De plus, lors d’un feu de camp, il est nécessaire de faire attention à la teneur en humidité des matériaux, car ce pourcentage affecte directement la combustion. Le plus humide du bois, le pire, ils vont brûler. Mais cela crée aussi beaucoup de fumée.

L'expérience populaire montre que pour obtenir la chaleur nécessaire au chauffage d'une maison, il est nécessaire d'utiliser du bois de hêtre, de chêne, coupé en hiver, de pins de montagne, de bouleaux et d'acacias.

La flamme la plus forte est le frêne, le mélèze, l'érable, le pin ou le chêne résineux, taillés en été.

Beaucoup préfèrent brûler du pin - c'est l'une des options les plus populaires.

Un peu moins de chaleur forme du sapin, du châtaignier et du cèdre.

Le peuplier, l'aulne et le peuplier faux-tremble ont la plus mauvaise capacité thermique.

De tout cela, nous pouvons conclure que la meilleure chaleur provient du bois de chauffage le plus lourd et le plus dense.

Facteurs affectant la température du bois en combustion

Plusieurs facteurs contribuent à la combustion:

  1. Le type de bois utilisé pour la combustion.
  2. Matériel d'humidité.
  3. La quantité d'air entrant dans le four.

Ce sont là les principaux indicateurs qui méritent une attention particulière, car c’est sur eux que dépendra l’efficacité de la combustion du bois et la température pouvant augmenter pendant le processus de combustion.

Niveau d'humidité

L'humidité du bois joue un rôle clé dans le ravitaillement en carburant. Ce point important doit donc être examiné séparément. Tout arbre qui vient d'être abattu a une certaine teneur en humidité. Dans la plupart des cas, ce chiffre est de 50%. Mais dans certains cas, il augmente à 65%. Et cela suggère que ce type de matériau sera séché très longtemps sous l’influence de hautes températures avant de s’enflammer.

Une partie de la chaleur servira uniquement à éliminer l'humidité en excès par évaporation. Pour cette raison, la température n'atteindra pas la valeur maximale. Le transfert de chaleur dans ces conditions diminuera.

Pour un bénéfice maximal, vous devez utiliser plusieurs options de base:

  1. L'option la plus appropriée est le séchage. Pour ce faire, l'arbre est coupé en petits morceaux, puis plié dans un endroit sec dans une grange ou un hangar. In vivo, le processus de séchage prendra environ 1 an. Et si le bois sera stocké plus longtemps et coule pendant deux ans, son humidité sera de 20%. C'est le meilleur indicateur.
  2. La deuxième option est moins préférable - brûler ce qui est, sans prêter attention à l'humidité. Mais dans cette situation, vous devrez dépenser deux fois plus de bois pour la formation de la température souhaitée. De plus, vous devriez être prêt à nettoyer la cheminée de la suie.

Plus le bois est séché, plus la température de combustion peut être apprise. Et la production de chaleur en dépend. La chaleur ne fonctionnera pas avec un arbre mouillé.

Processus d'échauffement

Le chauffage consiste à chauffer une section distincte de bois à une température suffisante pour enflammer toute la surface.

Habituellement, 120 degrés suffisent pour se réchauffer - le bois commence à carboniser

Ensuite, le processus se poursuivra une fois le charbon formé. Lorsqu'il est chauffé à 250-350 degrés, le matériau sélectionné commencera à se décomposer en composants. Ensuite commence la corruption, mais la flamme n'apparaît toujours pas. À ce stade, vous pouvez observer la formation de fumée. Lorsque la température continue d'augmenter, le niveau de gaz de pyrolyse augmente - un éclair se produit. Le bois de chauffage va prendre feu complètement.

Inflammabilité des matériaux

L'inflammabilité est directement affectée par le pourcentage d'humidité contenu dans la roche sélectionnée. Le rôle important est joué par la puissance d'une source de chauffage, ainsi que par la coupe transversale du bois et la vitesse d'un courant d'air.

Pour accélérer l’inflammation de la flamme, il est conseillé d’utiliser du bois léger, de grande porosité. Un arbre humide s’allumera très lentement, car avant de former un feu ouvert, il se dessèche.

La température de combustion du bois et l'inflammabilité sont également grandement influencées par l'appareil d'un four domestique. Il peut être composé de différents matériaux, ce qui affecte directement la température de combustion des matériaux mis à l'intérieur. Si le poêle est énorme, le bois à l'intérieur brûlera presque complètement, mais ce processus prendra beaucoup de temps. Un grand soin doit être pris lors de l'utilisation. Le non-respect des mesures de sécurité peut entraîner la combustion d'un bain de bois à la température de combustion élevée du poêle.

Dans le poêle le poêle le bois de chauffage ne brûle souvent pas complètement en raison du fait qu'il refroidit rapidement

Le poêle, un poêle en tôle d'acier, refroidit rapidement, tandis que la chaleur est répartie sur l'espace environnant, mais d'abord à partir de la zone de combustion, elle se dirige vers les murs, puis dans la pièce.

Processus de gravure

En regardant le fonctionnement de la fournaise, vous pouvez vous demander pourquoi l’air fourni n’affecte pas la couleur de la flamme produite. L'oxygène devrait avoir un effet chimique et donner à la suie une couleur vive pouvant même virer au blanc. Mais ce phénomène peut être facilement expliqué, car la taille des particules affecte également la température. Plus il est petit, plus la température sera basse. Par conséquent, les petites particules chaudes forment la même température que le gaz qui les entoure. Il convient également de noter que chaque type de bois présente un certain transfert de chaleur. Pour connaître ces chiffres, vous pouvez étudier le tableau où sont indiqués tous les indices de conductivité thermique pour chaque type de matériau.

Mesure de la température de combustion

À la maison, il est très difficile de mesurer la température de combustion. Un thermomètre ordinaire ne convient pas ici. Bien entendu, "à l'œil" ne permet pas non plus de déterminer la température de combustion correcte d'un matériau donné. Pour mener de telles recherches, vous devez acheter un appareil spécial appelé pyromètre.

Mais vous devez savoir que la température élevée de combustion du bois dans le poêle ne signifie pas qu’ils dégageront la quantité de chaleur requise. Par conséquent, vous devez également prendre soin de l'équipement de qualité. Dans de bons foyers, il est possible de réduire artificiellement l'apport d'oxygène au bois. Ainsi, il est possible d'obtenir une augmentation de la température de combustion et une diminution du transfert de chaleur.

Comme à la maison, la température de combustion du bois de chauffage est très difficile à mesurer, coûteuse et parfois impossible, vous pouvez vous fier aux données officielles. Tous les indicateurs ont longtemps été calculés en laboratoire par des spécialistes, au moyen d'analyses comparatives. Pour obtenir les résultats nécessaires, avant de vérifier le bois de chauffage était complètement séché - mis dans des conditions optimales pour des expériences avec feu ouvert.

À propos de la température de combustion et de la valeur calorifique du bois

Le bois de chauffage est la version classique du combustible solide dans une région riche en forêts. La combustion du bois permet d'obtenir de l'énergie thermique, et la température de combustion du bois de chauffage affecte directement le rendement énergétique. La température de la flamme dépend du type de bois, du degré d'humidité du combustible et des conditions de sa combustion.

Brûler du bois de chauffage dans le poêle

Caractéristiques thermiques du bois

Les essences de bois varient en densité, structure, quantité et composition des résines. Tous ces facteurs affectent le pouvoir calorifique du bois de chauffage, la température à laquelle il brûle et les caractéristiques de la flamme.

Le bois de peuplier est poreux, ce bois de chauffage brûle vivement, mais l’indice de température maximum n’atteint que 500 degrés. Les races denses d'un arbre (un hêtre, un frêne, un charme), en train de brûler, allouent plus de 1000 degrés de chaleur. Les indicateurs de bouleau sont légèrement plus bas - environ 800 degrés. Le mélèze et le chêne flambent plus chaud, donnant jusqu'à 900 degrés de chaleur. Le bois de pin et d’épicéa brûle à 620-630 degrés.

La qualité du bois de chauffage et comment choisir

Le bois de chauffage de bouleau offre le meilleur rapport efficacité thermique / coût - il n'est pas rentable de chauffer des races plus chères avec des taux de température de combustion élevés.

L'épicéa, le sapin et le pin conviennent à la fabrication de feux - ces conifères fournissent une chaleur relativement modérée. Mais dans une chaudière à combustible solide, dans un poêle ou une cheminée, l'utilisation de ce bois de chauffage n'est pas recommandée - ils ne dégagent pas assez de chaleur pour chauffer efficacement la maison et cuire les aliments, il brûle pour former de grandes quantités de suie.

Le bois de chauffage de qualité médiocre est considéré comme le combustible du tremble, du tilleul, du peuplier, du saule et de l'aulne - le bois poreux émet peu de chaleur lorsqu'il est brûlé. L'aulne et d'autres types de bois «poussent» avec des braises en train de brûler, ce qui peut provoquer un incendie si le bois est utilisé pour chauffer un foyer ouvert.

Lors du choix, vous devez également faire attention à la teneur en humidité du bois - le bois brut brûle davantage et laisse plus de cendres.

Température de combustion et transfert de chaleur

La température de combustion du bois détermine les paramètres de transfert de chaleur du combustible: plus il est élevé, plus l’énergie thermique dégagée lors de la combustion du bois de chauffage est importante. Dans ce cas, le pouvoir calorifique spécifique du combustible dépend des caractéristiques du bois.

Les indicateurs de transfert de chaleur dans le tableau sont indiqués pour le bois de chauffage brûlé dans des conditions idéales:

  • teneur minimale en humidité dans le carburant;
  • la gravure a lieu dans un volume fermé;
  • l'apport d'oxygène est dosé - vient la quantité nécessaire pour une combustion complète.

Il est logique de se concentrer sur les valeurs de la valeur calorifique de la table uniquement pour comparer différents types de bois de chauffage - dans des conditions réelles, le dégagement de chaleur du combustible sera bien inférieur.

Qu'est-ce qui brûle

La combustion est un phénomène isothermique, c'est-à-dire une réaction avec le dégagement de chaleur.

Le processus de combustion du bois peut être divisé en plusieurs étapes:

1. Échauffement. La zone de bois doit être chauffée par une source de feu externe à la température d'inflammation. Lorsqu'il est chauffé à 120-150 degrés, l'arbre commence à carboniser, tout en formant du charbon, capable de s'enflammer de lui-même. Lorsqu'il est chauffé à 250-350 degrés, le processus de décomposition thermique en composants gazeux (pyrolyse) commence. La couche supérieure, carbonisée, couve (brûle sans formation de flammes) et libère de la fumée blanche ou brune - un mélange de vapeur d'eau et de produits de pyrolyse.

2. Allumage des gaz de pyrolyse. Un chauffage supplémentaire entraîne une décomposition thermique accrue et les gaz de pyrolyse concentrés se mettent à clignoter. Après un flash, le feu commence progressivement à couvrir toute la zone de chauffage. Cela forme une flamme régulière de couleur jaune clair.

3. Inflammation. Un échauffement supplémentaire provoque l’inflammation du bois de chauffage. La température d'inflammation naturelle varie de 450 à 620 degrés. Le bois s'enflamme sous l'influence d'une source d'énergie thermique externe qui fournit le chauffage nécessaire à une forte accélération de la réaction thermochimique.

L'inflammabilité du bois de chauffage dépend de plusieurs facteurs:

  • volume, forme et section de l'élément en bois;
  • degré d'humidité du bois;
  • force de traction;
  • emplacement de l'objet en cours de tir par rapport au flux d'air (vertical ou horizontal);
  • densité du bois (les matériaux poreux s'enflamment plus facilement et plus rapidement que les matériaux denses, par exemple, il est plus facile d'allumer du bois de chauffage d'aulne que du bois de chêne).
Faites attention! Le bois humide est plus fortement inflammé et brûle du fait qu'une grande partie de l'énergie thermique est dépensée pour l'évaporation de l'humidité en excès. Le bois de chauffage de forme ronde enflamme plus que les éléments qui ont des bords et des faces. Plus le bois est massif, plus il est difficile de s'enflammer. Le bois non raboté s'enflamme plus vite que le lisse.

Pour l'allumage, une bonne poussée, mais non excessive, est nécessaire - un apport suffisant en oxygène et une dissipation minimale de l'énergie thermique de combustion sont nécessaires - il est nécessaire de réchauffer les zones de bois adjacentes.

4. Brûler. Dans des conditions proches de l'optimum, la flambée initiale de gaz de pyrolyse ne s'estompe pas, le processus s'enflamme progressivement à partir de l'inflammation avec une couverture progressive de la totalité du volume de carburant. La combustion est divisée en deux phases: une combustion lente et une combustion ardente.

La combustion lente implique la combustion du charbon, un produit solide issu du processus de pyrolyse. Les gaz inflammables sont libérés lentement et ne s'enflamment pas en raison d'une concentration insuffisante. Les substances gazeuses, une fois refroidies, se condensent pour former une fumée blanche caractéristique. Lors du processus de combustion lente, l'air pénètre profondément dans le bois, élargissant ainsi la zone de couverture. La combustion en flammes est assurée par la combustion des gaz de pyrolyse, tandis que les gaz chauds se déplacent vers l'extérieur.

La combustion est maintenue aussi longtemps qu'il y a des conditions propices à l'incendie - présence de combustible non brûlé, apport d'oxygène, maintien du niveau de température requis.

5. Décoloration. Si l'une des conditions n'est pas respectée, le processus de combustion s'arrête et la flamme s'éteint.

Mesure de la température du bois en combustion

Pour connaître la température de combustion du bois, utilisez un appareil spécial appelé pyromètre. D'autres types de thermomètres ne conviennent pas à cette fin.

Il existe des recommandations pour déterminer la température de combustion du bois en fonction de la couleur de la flamme. Les langues de feu rouge foncé indiquent une combustion à basse température, une flamme blanche - une température élevée en raison de la traction accrue, dans laquelle la majeure partie de l'énergie thermique est dirigée vers la cheminée. La couleur optimale de la flamme est le jaune, c’est ainsi que le bouleau sec brûle.

Dans les chaudières et les poêles à combustible solide, ainsi que dans les foyers fermés, il est possible de régler le débit d'air dans le four, en ajustant l'intensité du processus de combustion et le transfert de chaleur.

Le bois le plus producteur de chaleur

L'indicateur de valeur calorifique indique la quantité d'énergie thermique dégagée lors de la combustion du bois. Mais le combustible solide a une autre caractéristique, dont la connaissance peut être utile dans la pratique: le dégagement de chaleur. Il s'agit du niveau de température maximal pouvant être atteint lors du processus de combustion du bois. Il dépend des propriétés du bois.

Le bois de faible densité brûle avec une flamme vive et brillante tout en produisant une quantité de chaleur relativement faible. Le bois de chauffage d'essences de bois denses se caractérise par une augmentation de la production de chaleur avec une petite flamme.

Quelle est la température de combustion optimale du bois de chauffage?

Si vous vous concentrez sur Wikipedia, la température du bois en combustion est comprise entre 800 et 1 000 ° C (environ), et l’inflammation et la décomposition du bois commencent à 300 ° C. En fait, cette gamme est encore plus large - de 450 à 1050 ° C. Pas trop précis, non? Cela s'explique par le fait que la température au centre de la flamme dépend de nombreuses conditions. Ceux qui veulent obtenir une combustion efficace du bois dans le poêle ou la chaudière à combustible solide n'ont pas mal à se familiariser avec ces facteurs.

Quand le bois de chauffage donne-t-il plus de chaleur?

Pour organiser le chauffage économique d'une maison privée, vous devez extraire un maximum d'énergie thermique du bois, puis la transférer dans les locaux avec un minimum de pertes. La deuxième condition dépend de l'efficacité de la source de chaleur, mais la première ne concerne que la température de combustion du bois dans le four ou la chaudière. Plus il est élevé, plus de chaleur est dégagée.

Les facteurs suivants affectent la quantité de chaleur générée lors de la combustion du bois (productivité thermique):

  • contenu calorique (quantité d'énergie thermique pouvant être obtenue à partir d'une unité de combustible);
  • la teneur en humidité naturelle de l'arbre;
  • le volume d'air fourni et sa température.

En pratique, tous ces paramètres sont interdépendants. La teneur en calories du combustible sursaturé en humidité est environ 2 fois inférieure à celle du bois sec. Et sans le volume d’air nécessaire, il se consumera et émettra un minimum de chaleur. En d'autres termes, la température réelle de combustion du bois est une valeur variable et ne peut pas être indiquée avec précision dans les arguments théoriques.

Pour référence. Il existe un moyen simple de déterminer la température du feu en brûlant du bois de chauffage dans une chambre de combustion ouverte. Utilisez un pyromètre infrarouge qui mesure le chauffage de surface à distance, comme l'a fait le poêle dans sa vidéo. Il démontre les tests de l'insert de cheminée mangal, les mesures sont effectuées dans la seconde moitié du rouleau.

Examinons maintenant chaque facteur séparément.

À propos de la valeur calorifique du carburant

Différents types de bois diffèrent par leur densité et leur poids et contiennent également différentes quantités de carbone et d'hydrogène, les principaux composants qui produisent de la chaleur lors du processus de combustion. En règle générale, les espèces plus denses et plus lourdes, telles que le chêne et le frêne, donnent plus d'énergie que le peuplier ou l'aulne. Nous présentons à votre attention un tableau avec des données sur la densité, la chaleur spécifique et la température de combustion de différentes essences de bois.

Note Le tableau indique les valeurs de masse et de chaleur volumétrique de combustion de combustible sec pour 1 kg et 1 m³ de stockage. La température maximale est donnée en termes de conditions idéales de combustion avec excès d’air.

Si nous comparons le pouvoir calorifique en volume, il est évident que les grumes de chêne ou de bouleau produisent plus de chaleur que les conifères moins denses. Et bien que les conditions pour brûler du bois dans un poêle, une cuisinière ou une chaudière soient loin d’être idéales, la tendance se poursuivra. En d'autres termes, la température de la flamme dépend directement de la valeur calorifique de l'essence de bois sélectionnée.

Le taux de chauffage réel au centre de la flamme

Effet d'humidité

L’augmentation de la teneur en eau est le premier ennemi du transfert de chaleur effectif lors de la combustion de la biomasse. Le bois fraîchement coupé avec une teneur en humidité comprise entre 50 et 65% ne fournira jamais les chiffres indiqués ci-dessus dans le tableau. Voici pourquoi:

  1. Lors du chauffage du four, l’eau contenue dans les bûches absorbe une partie de la chaleur générée.
  2. Lorsque le bois est bien enflammé et a donné suffisamment de chaleur, l'humidité de la phase liquide passe dans la vapeur, emportant la part du lion de l'énergie reçue. La vapeur chaude sortant de la chambre de combustion avec les gaz de combustion, il est impossible de récupérer la chaleur perdue.
  3. Pour enflammer le bois brut, une température plus élevée est nécessaire. D'une allumette avec un morceau de papier, il est assez difficile de les enflammer, vous devez utiliser un brûleur à gaz.

Pour référence. Une partie de la vapeur d'eau est condensée par le contact avec les parois de la cheminée, ce qui génère une faible proportion d'énergie thermique. Seulement, elle réchauffe la pipe, pas chez vous.

Le tableau ci-dessous indique le degré de réduction du pouvoir calorifique, puis de la température du bois en combustion en fonction de l'humidité.

Il est facile de constater que l’émission de chaleur du bois de chauffage fraîchement coupé est deux fois inférieure à celle du bois sec (teneur en humidité inférieure à 20%). En conséquence, pour chauffer la maison, il faudra dépenser deux fois plus de combustible solide. Une question distincte - le poêle dans le bain, nécessitant une chaleur maximale pour allumer. Lors de l'utilisation de bois brut, il ne sera pas possible d'atteindre des températures élevées, quel que soit le nombre de bûches que vous pouvez jeter dans le four. Le problème est leur faible productivité thermique, ce qui ne vous permettra pas de chauffer le bain comme il se doit.

Consommation d'air pour la combustion

Pour brûler complètement le bois et atteindre la température maximale dans la chambre de combustion, il est nécessaire de fournir de l'air avec un excès de 130% de la quantité requise. Lors de la création de conditions idéales, la réaction d’oxydation du carbone (combustion) est décrite par une équation simplifiée:

En d'autres termes, cela signifie que lorsqu'il est chauffé, le bois est décomposé en carbone (C) et en hydrogène (H), et l'oxygène (O) est fourni de l'extérieur. Chaque atome de carbone rencontre 2 atomes d'oxygène et forme du dioxyde de carbone. À son tour, l'hydrogène se combine aux résidus d'oxygène, ce qui explique la libération d'eau (sous forme de vapeur). Latin Q à la fin de la formule signifie le dégagement de chaleur qui va aux besoins de chauffage.

Mais que se passe-t-il si les conditions idéales sont violées:

  1. L'hydrogène étant un élément très actif, il s'oxyde d'abord. Lorsqu'il n'y a pas assez d'air (vous avez recouvert la chambre du four ou la chaudière), le carbone reste alors sans molécules d'oxygène. Il en résulte la formation de monoxyde de carbone (CO) non brûlé, qui pénètre dans la cheminée en même temps que la fumée.
  2. En l'absence totale d'oxygène (le soi-disant mode de combustion lente), le carbone se transforme en charbon de bois, en cendres et en suie. Ce dernier sous l'influence de la cheminée se précipite également dans le tuyau et se dépose sur ses parois.
  3. Un excès d'air est causé par un fort tirage de cheminée ou par un fonctionnement incorrect du turbocompresseur de la chaudière. Le phénomène est lourd de pertes de chaleur par la cheminée.

Note Le feu de joie est un exemple de source de chaleur avec une alimentation en air incontrôlée. Plus il y en a, plus la température du feu dans le feu est basse et moins la chaleur à la sortie. Pour se réchauffer près du foyer, les bûches doivent être placées en permanence.

La température de l'air fourni à la chambre de combustion constitue un obstacle à l'obtention d'une bonne chaleur du bois. Le flux d’air froid enlève tout aussi bien la chaleur précieuse, comme la vapeur d’eau. Non sans raison, les fabricants d'appareils de chauffage de haute qualité disposent d'un canal spécial pour chauffer l'air des parois extérieures de la chambre de combustion. La manière dont cela est mis en pratique est illustrée par la photo d'une chaudière à combustible solide de notre expert.

Le conduit d’air du tuyau profilé est chauffé par la paroi arrière de la chambre à carburant et le ventilateur est placé au-dessus de la bride.

Conseils utiles

La température élevée du bois brûlant est la clé du chauffage efficace d'une maison privée. Même les fabricants de chaudières TT et de poêles à bois indiquent dans les instructions que la meilleure efficacité du générateur de chaleur est respectée lors du fonctionnement en mode maximum.

Enfin, nous donnerons quelques recommandations sur la manière d’atteindre un rendement thermique élevé et, par conséquent, d’économiser de l’énergie:

  1. Si vous devez acheter du bois de chauffage, évitez les espèces peu caloriques telles que le saule et le peuplier. Le premier est trop saturé d'humidité et le second est de faible densité. N'oubliez pas que vous payez un mètre cube, pas des kilos de combustible solide.
  2. Séchez les bûches autant que possible. Un arbre fraîchement coupé atteint une teneur en humidité de 20 à 25% après au moins un an et demi de séchage dans une chambre de combustion ouverte.
  3. Essayez de ne pas faire fonctionner la chaudière dans le mode de corruption tant vanté, ce qui aiderait soi-disant à économiser. Comme vous pouvez le voir sur la photo, la température du feu pendant une combustion normale est de 800 ° C et le bois en combustion ne donnera pas plus de 450 ° C. Avec une telle dissipation de chaleur, la maison ne chauffera pas.
  4. Le monoxyde de carbone CO est non seulement combustible, mais également toxique. En essayant d'économiser du carburant, nous avons coupé l'alimentation en air de la fournaise et provoqué sa libération. Non seulement le carburant potentiel est jeté, mais il pollue également l’environnement.
  5. N'organisez pas l'apport d'air dans la fournaise par la rue afin de ne pas perdre d'énergie pour le chauffer. Lorsque vous choisissez une chaudière à combustible solide, faites attention aux modèles avec canal de chauffage. Ils se distinguent facilement par le ventilateur installé sur le panneau supérieur et non par la porte du cendrier.

Bien sûr, il est impossible de maintenir la température dans la chambre de manière continue, car le besoin de chaleur à la maison change également et dépend de nombreux facteurs. Pour l'accumulation d'énergie excédentaire, il existe des accumulateurs de chaleur, ce sont aussi des réservoirs tampons. Dans les cas extrêmes, achetez un générateur de chaleur à chaleur forcée où, pendant les périodes d'arrêt du ventilateur, l'alimentation en air est complètement bloquée.

Quelle est la température de combustion du bois dans le four

Le choix du bois de chauffage dépend de sa capacité à dégager de la chaleur et de la durée du processus. Pour les connaisseurs individuels de la flamme vivante, sa couleur et le parfum émis sont également importants. Le sujet "Quel est le pouvoir calorifique et la température de combustion du bois dans le four?"

La différence entre la valeur calorifique du bois de chauffage par espèce

Pour chauffer un logement, il est nécessaire que la chaleur soit libérée aussi lentement que possible. Et cela suggère que vous devez choisir du bois de chauffage en fonction de leur indice de valeur calorifique.

Les valeurs caloriques élevées donnent le bois de chauffage des essences suivantes:

  • bouleau - 4968;
  • tremble, pin - 4950;
  • aulne - 5050;
  • épinette - 4860.

Ces données signifient que lors de la combustion de 1 m³ de bois de chauffage de bouleau, il recevra autant de chaleur qu’après: 1,2 m³ de tremble ou de pin, 0,9 m³ d’aulne, 1,3 m³ d’épicéa.

Température de combustion du bois de chauffage

Chaque essence de bois brûle à sa manière. La température est répartie comme suit:

  • peuplier - 468 ° C;
  • aulne - 552 ° C;
  • tremble - 612 ° C;
  • pin - 624 ° C;
  • acacia - 708 ° C;
  • bouleau - 816 ° C;
  • mélèze - 865 ° C;
  • chêne - 850-900 ° C;
  • charme - 1022 ° С;
  • hêtre, frêne - 1044 ° С.

La magnitude de la température de combustion dépend également de la conception du poêle. Pierre - fournit un processus plus long, et le four-poêle, ayant des parois minces, dégage rapidement de la chaleur.

Quel est le meilleur bois de chauffage

L'utilisation à long terme du bois de chauffage indique les éléments suivants:

  • les bois durs sont de la plus haute qualité. Ce sont l'aulne, l'acacia, le bouleau, le charme, le chêne, l'orme, le hêtre. Ils brûlent longtemps et ont une haute valeur calorifique;
  • Les arbres feuillus doux (tremble, peuplier, tilleul, saule) brûlent rapidement, sans former de braise. Le bois de chauffage d'un tel matériau est incapable de maintenir une température constante dans la chambre de combustion;
  • Les conifères contiennent de grandes quantités de résine. Le bois de chauffage peut maintenir la chaleur générée, mais génère en même temps beaucoup de fumée, qui se dépose sur les parois du four.

Caractéristiques de combustion de différentes essences de bois.

  • la poire, la pomme, le genièvre et la cerise emplissent la maison d'un arôme agréable;
  • le chanvre et les racines des arbres donnent un motif de feu inhabituel complexe
  • le bois de hêtre brûle longtemps et procure une chaleur constante;
  • le bois de chauffage d'épinette et de pin crépite et produit des étincelles lorsqu'il est brûlé

Il convient de rappeler que sans oxygène, rien ne peut être enflammé. Par conséquent, il est important de fournir de l'air à la zone de combustion. Les essences de bois diffèrent par leur densité et leur composition chimique. Il s'avère que pour obtenir l'énergie thermique requise, les bûches d'un type devront être brûlées plus que l'autre. Et ceci est à la fois des dépenses quantitatives et financières.

Pour une combustion durable et efficace, le bois doit être sec. Pour ce faire, il devrait être stocké sous un auvent.

En brûlant les bûches, le consommateur reçoit la bonne quantité de chaleur, qui est utilisée pour chauffer de l’eau, les pièces de vie, la cuisine. Le bois de chauffage sec brûle autant que possible et il y aura des problèmes avec les bûches mouillées, car une partie de l'énergie est dépensée pour éliminer l'humidité. Il joue le rôle d'isolant, ce qui empêche l'accès de l'oxygène au carbone. Plus la teneur en eau du bois est faible, plus il est facile de s'enflammer.

Quel bois brûle plus chaud

La chaleur de combustion dépend de la densité et de la teneur en humidité de la structure du bois. Cependant, tout le bois de chauffage ne brûle pas de la même manière. Certaines races, en brûlant, laissent un petit tas de cendres, d'autres - les têtes de charbon éteint. Il y a des roches qui brûlent vivement, émettant beaucoup d'énergie thermique, et certaines qui brûlent à peine, fument et émettent des enfants.

L'efficacité de la combustion dépend de la façon dont le four est conçu. Si ce bâtiment a été fabriqué par le maître et que toutes les innovations ont été prises en compte, des matériaux de haute qualité ont été utilisés, ce qui laisse à penser que le système de chauffage brûlera correctement le bois. Et ceci est un épuisement complet des bûches et un transfert de chaleur élevé.

Un autre indicateur important est la production de chaleur du bois de chauffage. En d'autres termes, il s'agit de la température maximale du bois dans le poêle. Veuillez noter que c'est à l'intérieur de la fournaise et non dans la pièce ou dans l'air. Ceci est important, car les espèces d’arbres brûlent chacune à sa manière. Certains sont bruyants, lumineux, rapides, tandis que d'autres se couvrent lentement, mais produisent une grande quantité d'énergie thermique dans la zone de combustion.

Température à l'intérieur du four

On peut montrer en prenant comme exemple le bouleau que le bois de chauffage d'un tel arbre est brûlé à + 816 degrés. Dans le même temps, émettre 68% de la chaleur du maximum possible. Mais qu'est-ce qui influence ces données?

La température du bois brûlant dans le poêle et la flamme dans la chaudière et le foyer

Le bois de chauffage est le type de combustible solide le plus populaire et le plus abordable. Le processus de combustion du bois s'accompagne de la libération d'énergie thermique, utilisée pour chauffer des maisons et des bains privés. La valeur calorifique du bois de chauffage est déterminée par la température de combustion, qui dépend du type de bois et de son degré d'humidité. Plus la température du bois brûlant est élevée, plus les systèmes de chauffage et d'alimentation en eau chaude fonctionnent efficacement.

Qu'est-ce qui affecte le comportement au feu du bois de chauffage?

Pour organiser un système de chauffage autonome efficace pour une maison, il est nécessaire de maximiser la quantité d'énergie thermique obtenue en brûlant du bois, de le diriger vers le chauffage et de minimiser les pertes éventuelles.

La chaleur dégagée par le bois de chauffage dépend des facteurs suivants:

  • valeur calorifique (quantité d'énergie thermique obtenue en brûlant une unité de matériau combustible);
  • taux d'humidité naturel dans le bois après le retrait;
  • le volume et la température du mélange d'air fourni à la chambre à carburant;
  • essences de bois.

La combinaison de tous ces facteurs affecte directement l'efficacité du processus de combustion du carburant. Le bois bien séché brûle plus fort et plus longtemps que l'humidité sursaturée. Un volume d'air insuffisant dans la chambre de combustion transformera la combustion du bois en feu couvant, ce qui signifie que cela réduira la quantité de chaleur produite. Certaines essences de bois brûlent plus fort, d'autres - plus faiblement, leur productivité thermique sera donc moindre.

Propriétés thermiques du bois

Pour la récolte du bois de chauffage, différentes essences de bois sont utilisées comme combustibles, qui diffèrent par leur structure, leur densité et leur composition chimique. Ceci a un impact significatif sur les propriétés thermiques du bois - capacité thermique, température de combustion et production de chaleur.

À une température de chauffage pouvant atteindre 150 degrés, le bois se transforme en sédiment de charbon susceptible de s'enflammer spontanément. Une plage de température de 350 degrés contribue à la décomposition thermique du carburant et à la formation de fumée de couleur bleu clair ou marron. De plus, les gaz de combustion chauds continuent à s'allumer, se transformant en flammes nues. Cette étape s'accompagne d'une élévation de température allant jusqu'à 620 degrés et plus.

Tableau des valeurs calorifiques du bois

Plus la température du feu est élevée lors de la combustion du bois, meilleure est la valeur calorifique du combustible.

Nous présentons un tableau des caractéristiques comparatives de la densité, de la température de combustion et du transfert de chaleur de différentes essences de bois.

Lorsque l'on compare le pouvoir calorifique en fonction de la densité, il est évident que le charme, le hêtre et le frêne produisent plus de chaleur lors de la combustion que le bouleau, le pin et l'épinette de densité inférieure. En outre, ils appartiennent à des races précieuses, ils sont donc moins souvent utilisés pour l’achat de combustible.

La valeur calorifique est un paramètre important pour choisir le bon carburant. Malgré la sécurité environnementale, la chaleur dégagée par la pierre et le charbon de bois est 2 fois supérieure à celle du bois sec. Cela signifie que le charbon brûlera plus longtemps et générera plus d'énergie thermique par unité de temps.

Les paramètres de valeur calorifique sont indiqués pour le bois de chauffage dont la combustion est effectuée dans les conditions suivantes:

  • niveau minimum d'humidité dans le matériau combustible;
  • le processus de combustion a lieu dans une chambre de combustion fermée;
  • l'alimentation en air est mesurée.

Couleur de la flamme

Pour déterminer la température de combustion du bois peut être basée sur la couleur de la flamme.

  • le feu a une couleur rouge foncé - température de flamme basse avec génération de chaleur insuffisante;
  • la couleur blanche de la flamme est une température élevée avec une hauteur accrue qui peut entraîner une perte de chaleur;
  • couleur orange d'une flamme - température optimale de combustion avec la thermolyse maximale.

Quels facteurs affectent la température de combustion du bois?

La température de feu d'un arbre dépend de l'espèce utilisée pour le stockage de carburant. Les facteurs clés sont la qualité, l'humidité du bois et le volume du mélange d'air fourni au compartiment à combustible du poêle, du foyer ou de la chaudière.

Niveau d'humidité

Dans le bois frais, le taux d'humidité varie de 42 à 66%, la moyenne étant de 54%. La température de combustion de ce combustible ne sera pas élevée, car la chaleur produite est consommée pour évaporer l'excès d'humidité. En conséquence, cela peut entraîner une diminution du transfert de chaleur du matériau combustible.

Atteindre les indices de température maximum lors de la combustion de bois comme combustible:

  • pour chauffer la maison, organiser l’approvisionnement en eau chaude et faire la cuisine, utilisez le double du volume de bois frais, ce qui entraînerait une augmentation des coûts d’achat de combustible et d’entretien du système de chauffage;
  • préparer et sécher le bois fraîchement coupé - coupez les grumes en rondins et stockez-les sous un dais protecteur pour les sécher à l'air libre. Le temps de séchage optimal est de 12 mois.
  • achat en vrac de carburant bien fini bien fini.

Bien entendu, la chaleur spécifique maximale de combustion du bois n'est possible qu'avec la mise en œuvre de cette dernière méthode.

Alimentation en air dosé

Afin d'assurer une combustion complète du carburant et d'atteindre une température élevée, un excès d'alimentation en air doit être disposé dans le compartiment à carburant.

La combustion idéale du bois peut être décrite par la formule suivante:

Lorsque la chambre à combustible d'un fourneau à bois est alimentée en oxygène, le processus de combustion produit de l'hydrogène et du carbone (partie gauche de la formule), qui produisent de la chaleur, de la vapeur et du dioxyde de carbone (partie droite de la formule).

Pour que la température de l'incendie soit maximale, le volume du mélange d'air fourni à la chambre de combustion doit être de 130% du volume requis pour la combustion du bois.

La fermeture des vannes de la cheminée réduit la quantité d'air entrant et la formation de monoxyde de carbone. En conséquence, la température de combustion baisse, la chaleur dégagée par le combustible diminue.

Les chaudières modernes à bois solide sont en outre équipées d'accumulateurs de chaleur. Ils vous permettent d’accumuler l’énergie thermique excédentaire générée au cours du processus de combustion du combustible avec un rendement élevé et une bonne cheminée.

Dans certains cas, il suffit d’acheter une unité de génération de chaleur à circulation d’air forcée.

La conception des poêles à bois ne permet pas d'économiser du combustible, car toute l'énergie thermique est immédiatement utilisée pour chauffer la pièce ou pour chauffer de l'eau. Cependant, une augmentation de la traction dans les fours peut être obtenue en augmentant l'intensité de la combustion du bois de chauffage, ainsi que leur pouvoir calorifique.

En outre, la température de combustion dépend des caractéristiques de conception des appareils de chauffage. Pour la fabrication de chaudières et de fours, des matériaux résistant à l'usure ont été utilisés avec différents degrés de dilatation thermique.

Dans un poêle en brique, le bois brûle lentement et complètement. Les dispositifs en métal fournissent un processus accéléré de combustion du bois. Ils se caractérisent par une faible teneur en cendres et un transfert de chaleur élevé.

Comment mesurer la température de combustion du bois de chauffage

Il est tout simplement impossible d'utiliser un thermomètre domestique pour mesurer la température de combustion du bois. Et il est difficile de déterminer à vue à quel point le feu est chaud dans la chambre à combustible.

Le meilleur appareil pour la recherche à domicile est un pyromètre professionnel fonctionnant sur le principe de la mesure sans contact dans le domaine du rayonnement infrarouge.

Le pyromètre peut être envoyé à l’équipement de chauffage de n’importe quelle distance, mais il est limité par le diamètre de l’objet à mesurer et par la transparence de l’air ambiant.

Les valeurs de mesure obtenues sont comprises entre 750 et 1200 degrés.

La combustion du bois dans les appareils de chauffage est un processus long et complexe qui se traduit par un dégagement d'énergie thermique. Dans le même temps, l'efficacité du processus dépend directement de la qualité et des propriétés thermiques du combustible utilisé.

La température de combustion du bois de chauffage: de quoi dépend-il et comment l'augmenter?

Regarder un feu est l'un des divertissements humains les plus aimés. Cependant, outre les objectifs purement esthétiques - un feu allumé peut également accomplir une tâche purement utilitaire - pour chauffer l'espace environnant et d'autres objets. Le bois de chauffage est l’une des sources les plus courantes d’incendie dans les maisons de campagne. Étonnamment, la température de combustion du bois de chauffage dépend du type de bois et des conditions de sa combustion. En conséquence, chacune des espèces d'arbres peut être utilisée à diverses fins pour effectuer certaines tâches.

température de combustion du bois de chauffage

Quel bois de chauffage peut fournir le maximum de chaleur?

Pour que le bois de chauffage et toute autre matière organique puissent brûler, il faut de l'air (ou plutôt de l'oxygène de l'air, mais ce raffinement n'est pas essentiel). Au cours de la combustion, les matières organiques du bois de chauffage, lorsqu’elles interagissent avec l’oxygène, sont converties en vapeur d’eau et en dioxyde de carbone. La vapeur dans son scellé avec des matériaux non brûlés ou sort par la cheminée.

Chaque type de matière organique combustible, qu’il s’agisse de pétrole, de gaz, de charbon ou de bois, a sa propre composition chimique. Il existe également des différences de composition chimique et au sein de chaque type. Comme il existe du charbon à haute et basse teneur en cendres, il existe également des essences de bois dont la température émise pendant le processus de combustion et la composition des produits de combustion restants diffèrent.

Il est presque impossible de comparer la température de combustion du bois de chauffage à la maison, mais dans des conditions de laboratoire, des spécialistes ont été en mesure de réaliser un tel test comparatif. Afin d'obtenir différents résultats de départ, le bois de chauffage d'essences différentes a été séché jusqu'à un certain pourcentage maximum d'humidité restante.

valeur calorifique du bois en combustion

Ce moment - le séchage du bois de chauffage doit être pris en compte lors de l’utilisation domestique: après tout, il est clair que le bois de chauffage brut brûlera plus mal et avec moins de chaleur. Par conséquent, le bois de chauffage destiné à la chambre de combustion passe du tas de bois dans la cour d'une certaine manière, en restant dans une pièce sèche ou sous un auvent pour sécher.

Nous notons immédiatement que le concept de «température de combustion du bois de chauffage» ne reflète pas assez précisément la caractéristique clé du bois de chauffage. Les matériaux combustibles seront mieux évalués pour leur capacité à émettre une certaine quantité de chaleur. L'unité de mesure d'une telle caractéristique est la calorie - il s'agit de la quantité d'énergie calorifique pouvant chauffer un gramme d'un gramme d'eau ordinaire. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des différents types de bois de chauffage en fonction de leur pouvoir calorifique.

Qu'est-ce qui peut affecter la qualité du bois en tant que combustible?

L'impact le plus négatif sur la capacité calorifique du bois de chauffage est fourni par l'eau qu'il contient. Tout au long de la vie, le bois contient de l’eau extraite par les racines des plantes. Avec une forte teneur en humidité du bois, l'énergie thermique dégagée lors de la combustion servira non seulement à chauffer la pièce, à cuire des aliments ou à chauffer l'eau du bain, mais également à évaporer l'humidité du bois.

Pour comprendre le problème de la situation, notons que si le bois (ou presque) ne contient que 15% d’humidité, son pouvoir calorifique est réduit à 3 660 calories. Maintenant, comparez ce chiffre avec les chiffres donnés dans le tableau et il s’avère que l’utilisation de bois de chauffage humide revient à en jeter une partie avant même d’être placée dans la chambre de combustion.

La perte d'humidité dans le bois est si importante que l'équivalent de 15% d'humidité évaporée dans un kilogramme de bois suffit à chauffer environ 10 litres d'eau.

Quel type de bois est le plus aimé par les gens

Les expériences les plus populaires et les plus efficaces de l’expérience nationale sont le bois de chauffage provenant du hêtre, du charme, du chêne abattu en hiver, des pins des montagnes, de l’acacia et, bien sûr, du bouleau.

La flamme la plus chaude provient du bois de chauffage récolté dans les cendres, l'érable, le mélèze résineux, le pin et le chêne coupés en été.

La génération de chaleur légèrement inférieure montre le bois de chauffage récolté d'épicéa, sapin, cèdre et châtaignier.

Eh bien, on obtient du bois de chauffage absolument mauvais à partir de tilleul, d'aulne, de tremble, de saule, de peuplier.

Comme il est déjà devenu évident, les sources de chaleur les plus efficaces sont le bois de chauffage composé de bois dense et épais. À propos, un arbre avec un faible coefficient de génération de chaleur est parfait pour faire des étagères et des ustensiles dans le bain.

Comment brûle le bois?

Tout le bois n'est pas brûlé de la même manière. Certains d'entre eux disparaissent presque complètement dans les chambres de combustion, ne laissant qu'une poignée de cendres à leur place. D'autres fument longuement et fastidieusement, encrassant tout l'espace de combustion avec les restes de leur combustion.

La vitesse et la complétude de la combustion du bois de chauffage dépendent également non seulement des réactions chimiques survenant dans une flamme nue, mais également de la conception du four. Les fours de haute qualité ont un dispositif assez compliqué, qui comprend de nombreux éléments, tels qu'une vanne et un tube de cendres, une chambre de combustion et une grille.

La combustion complète du bois de chauffage sera également affectée par leur race, ainsi que (dans une très large mesure, par l’humidité spécifique).

Mais à proprement parler, le calcul des dispositifs thermiques ne prend généralement pas en compte les différentes caractéristiques du bois de chauffage provenant d’essences différentes. Pour les calculs, la valeur moyenne est prise, qui est 3800 calories pour le bois.

Quel type de bois brûle plus chaud que les autres?

En plus de la valeur calorifique, qui caractérise la quantité d'énergie thermique émise lors de la combustion du bois de chauffage - au cours de la vie pratique, nous pouvons également nous intéresser à la production de chaleur - c'est-à-dire la température maximale pouvant être atteinte dans une chambre de combustion lors de la combustion de l'un ou l'autre type de bois de chauffage.

Différents types de combustibles et de bois sont brûlés de différentes manières. Certains d'entre eux peuvent donner une flamme forte et constante, tandis que d'autres montreront un feu faible, mais montreront une température élevée directement dans la zone de combustion.

Deux points principaux affectent la température produite par le bois de chauffage lors de la combustion.

Tout d'abord, la température de combustion dépend de l'intensité avec laquelle l'oxygène nécessaire à la combustion entre dans le four. Cet indicateur est généralement déterminé par la conception du four lui-même.

La température est également affectée par la conception du four lui-même.

Les cuisinières et les foyers peuvent être créés à partir de différents matériaux. Et chacun des matériaux peut affecter de manière particulière la température du bois en combustion.

Dans un poêle en pierre massif, le bois de chauffage brûle presque complètement, mais ce processus prend relativement longtemps. D'autre part, le poêle, le poêle, c'est-à-dire une chambre de combustion en tôle d'acier mince, se refroidit très rapidement en répartissant la chaleur dans l'espace environnant. Dans ce cas, la chaleur de la zone de combustion est constamment transférée aux murs et plus loin dans la pièce. En conséquence, le bois dans ces poêles brûle avec presque aucun résidu.

Comment mesurer la température de combustion du bois?

Vous pourrez difficilement mesurer la température de combustion du bois de chauffage avec un thermomètre ordinaire. De plus, il est complètement perdu pour déterminer la température de combustion "à l'oeil". Pour mener de telles recherches, il est nécessaire de se doter d'un appareil spécial - un pyromètre.

Notez toutefois que la température la plus élevée du bois en combustion ne signifie pas que le bois de chauffage de ce type peut produire plus de chaleur.

Il convient de noter que dans les bons appareils de chauffage, par exemple dans des foyers fermés, il est possible de réduire artificiellement le débit d'oxygène de l'air dans le bois en combustion, augmentant ainsi la température de combustion et réduisant le transfert de chaleur.

À titre de comparaison, vous pouvez voir une autre tablette, qui reflète la valeur calorifique de divers types de combustibles fossiles.

Quelques astuces pratiques

Si vous sentez que la pièce dans laquelle se trouve le poêle et que la porte de la chambre de combustion est bien fermée sentait le bois humide, vérifiez l’intégrité et l’étanchéité de l’équipement de la fournaise.

Notez que les produits de combustion contiennent beaucoup d'acides, les conduits de cheminée doivent donc être fabriqués avec des matériaux résistant aux environnements agressifs.

Après avoir utilisé du bois à haute teneur en goudron, nettoyez la cheminée.

Pour chauffer des pierres, par exemple pour un hammam, il est préférable d'utiliser du bois qui brûle faiblement et fournit de la chaleur progressivement.

Si vous devez chauffer rapidement le hammam, utilisez du bois à haute température de combustion et augmentez l’air fourni à la fournaise.

La température de combustion de différents types de bois

Les propriétaires qui utilisent des chaudières et des poêles à combustibles solides pour chauffer leur maison font souvent attention à un paramètre tel que la température de combustion du bois de chauffage. L'intérêt pour la question est clair, car pour l'hôte, il est important d'obtenir le maximum de chaleur. En conséquence, lors de la préparation du combustible pour l'hiver, vous devez vous soucier d'une quantité suffisante de bois de chauffage pour toute la saison. En fait, la question du transfert de chaleur du bois est un peu plus large et dépend non seulement de la température, mais également d'autres paramètres. Quoi - nous considérons dans ce matériau.

Température de combustion et transfert de chaleur

Ces deux paramètres sont interreliés: plus la température de combustion du bois dans le four ou la chaudière à combustible solide est élevée, plus la chaleur dégagée est importante. Mais ceux qui avaient l'habitude de chauffer un poêle avec différents types de bois ont remarqué que certains bois brûlaient vivement, dégageant une chaleur insupportable, tandis que d'autres brûlaient lentement et ne fournissaient que très peu de chaleur.

La raison en est que les différentes essences de bois ont des températures de combustion et des valeurs de chaleur différentes.

Afin de comprendre l’ampleur de cette différence, le tableau ci-dessous suggère la température de combustion de divers types de bois dans des conditions idéales. Vous demandez - les conditions idéales sont quoi? En fait, il y en a trois:

  • le bois contient un minimum d'humidité;
  • le processus se déroule dans un espace clos;
  • exactement la quantité d’oxygène fournie à la zone de combustion est suffisante pour une combustion complète.

Pour référence. Le chêne, le hêtre et le mélèze sont considérés comme des essences de bois de valeur, ils sont rarement utilisés comme combustible principal. S'agit-il de leurs déchets sous forme de copeaux, de sciure de bois et de dalle?

Comme mentionné ci-dessus, les données seront incomplètes si vous ne fournissez pas la chaleur de combustion spécifique de chacune des roches. Le tableau ci-dessous indique les valeurs de transfert de chaleur du bois de chauffage, exprimées en différentes unités et en relation avec le poids et le volume du combustible:

Toutes les données tabulaires sont des références et seront utiles pour un calcul approximatif de la quantité de carburant, qui est effectué avec une marge importante. Vous pouvez comprendre d'eux que le chêne et le bouleau brûlent beaucoup plus chaud que le peuplier et l'aulne, ce qui donne plus d'énergie thermique. Mais les tables ne peuvent pas être d'une valeur pratique pour le propriétaire moyen, car les conditions de combustion dans la vie réelle sont loin d'être idéales.

En réalité, la température de combustion du bois de divers poêles et foyers n’atteint jamais les valeurs indiquées dans le tableau. Pour cela, il est nécessaire que le bois soit complètement sec, ce qui n'est pas le cas dans la vie, les gens brûlent dans le four le combustible dont ils disposent. Température réduite et manque d'oxygène. Nous discuterons de ces questions plus en détail ci-dessous.

Dépendance à l'humidité

Tout bois fraîchement coupé a une teneur en eau élevée. En moyenne, sa valeur est comprise entre 45 et 55% et, chez certaines espèces, sa teneur en eau atteint 65%. Que se passe-t-il lors de la combustion de ce bois? Une partie de la chaleur générée est simplement utilisée pour l'évaporation de l'eau, de sorte que la température de combustion du bois ne peut pas atteindre le maximum. Respectivement, l'émission de chaleur diminue également.

Pour obtenir la quantité de chaleur requise pour chauffer une maison, vous pouvez procéder de deux manières:

  • la meilleure solution est de sécher le bois. Pour obtenir une humidité acceptable, ils doivent être coupés et hachés, puis empilés en tas sous un hangar ou dans une grange. Le temps de séchage naturel est d'au moins 1 an. Après 1,5 ans, lorsque le tas de bois dure 2 saisons estivales, vous avez la garantie d'obtenir du bois avec une humidité allant jusqu'à 20%.
  • brûler du carburant fraîchement haché ou tout ce qui est disponible. Ensuite, nous devons comprendre que la consommation de bois de chauffage sera presque le double de ce qu’elle devrait être et que l’on préparera une quantité appropriée. Sans parler du fait que la suie va se déposer à une vitesse record dans les conduits de gaz et les cheminées.

Note Certaines essences de bois ne peuvent pas être brûlées dans le four d'une chaudière ou dans un four fraîchement coupé. Ceux-ci incluent le saule et le peuplier, ils brûleront très mal et ne donneront pas de chaleur du tout.

Pour déterminer le transfert de chaleur du bois de chauffage empilé dans une pile de bois, il est nécessaire de supprimer sa taille, puis de connaître la quantité totale de chaleur à l'aide du tableau de données. La valeur calorifique par unité de volume d’entrepôt est indiquée en fonction de l’humidité:

Les races ayant le plus haut pouvoir calorifique peuvent être brûlées fraîchement hachées, en tenant compte des avertissements décrits ci-dessus. Par exemple, le transfert de chaleur et la température de combustion du chêne, du frêne et du bouleau sont les plus élevés, de sorte qu’ils suffisent à évaporer l’humidité et à chauffer une maison privée. Le pire est le cas des conifères - pin et épinette, mais ils peuvent brûler avec succès à cause de leur goudron. Il est préférable de ne pas mettre le feu au pin séché avant de le mettre au chaud.

La conclusion est simple: plus vous réussissez à sécher l’arbre, plus la température de combustion sera élevée et plus de chaleur sera dégagée, et la consommation de bois de chauffage diminuera.

Dépendance à l'air

Le paradoxe est que nous réduisons nous-mêmes la température de combustion et le transfert de chaleur du combustible en limitant l'apport en oxygène. Les amortisseurs de la chaudière ou de la chaudière sont recouverts afin d'augmenter la durée du processus et donc, à notre avis, d'économiser du combustible. La seule exception est la température de combustion d'un feu dans une cheminée à foyer ouvert, où l'air de la pièce circule librement.

Mais même un feu est soumis à la formule chimique pour la combustion idéale du bois, présentée sous une forme simplifiée:

С + 2Н2 + 2О2 = СО2 + 2Н2О + Q (chaleur).

À gauche de l'équation, le carbone et l'hydrogène sont brûlés en présence d'oxygène. À droite - les produits de combustion, il s'agit du dioxyde de carbone, de l'eau et de la chaleur que nous utilisons pour le chauffage. En pratique, il est nécessaire de fournir de l’air à hauteur de 130% du volume nécessaire à la combustion. Ensuite, le bois de chauffage sec lors de la combustion développe une température proche du maximum.

Lorsque nous fermons l’alimentation en air avec des volets, l’équation est brisée et un troisième élément apparaît: l’oxyde de carbone (CO). Ceci est le résultat du fait que tous les atomes de carbone ne se sont pas rencontrés avec deux atomes d'oxygène, ils n'avaient tout simplement pas assez d'air pour cela. Le monoxyde de carbone non brûlé pénètre dans le tuyau, la température dans la chambre de combustion diminue, ce qui entraîne un transfert de chaleur.

L’approche appropriée consiste à installer un réservoir tampon et à retirer en permanence la chaudière à combustible solide pour un fonctionnement optimal avec une alimentation en air suffisante et une combustion complète. Mais avec les poêles, un tel foyer ne fonctionnera pas, ils chaufferont l'air de la pièce et non l'eau du système, de sorte qu'il ne fonctionnera pas pour accumuler de la chaleur. C'est pourquoi la combustion du bois fumé, et en fait, tout bois dans les fours contient toujours du monoxyde de carbone.

N'oubliez pas que la quantité de monoxyde de carbone dépend de la quantité d'air fermée. Moins d'oxygène passe dans la chambre de combustion, plus il se forme de carbone et moins de chaleur.

Conclusion

En plus de ces facteurs, l'efficacité du transfert de chaleur affecte le générateur de chaleur. Par exemple, quelle que soit la température du poêle à bois, celui-ci ne peut absorber que 40% de la chaleur générée. Le reste vole dans la cheminée et il faut en tenir compte lors de la récolte de bois de chauffage. L'efficacité des chaudières à combustible solide plus - jusqu'à 80%.

Top